Obra de Roberto Cedrón

Obra de Roberto Cedrón
Obra de Roberto Cedrón

viernes, 9 de noviembre de 2012

DOCUMENTO


En el año 1984, los miembros del Cuarteto Cedrón tuvieron la esperanza de que pronto iban a volver a la Argentina. Tata se lo dijo al público francés una noche, durante un concierto y el público irrumpió en aplausos. Luego anunció El Cachapecero” de Ramón Ayala. Intérpretes: J. Cedrón (guitarra y voz), M. Praino (viola), C. Stroscio (bandoneón), C. Carlsen (que acá toca el bajo eléctrico y que tocaba también el violoncello y guitarra)
PS. Acerca del diálogo que se da a inicios de la grabación - Tata: "ustedes saben, a lo mejor pronto vamos a volver a casa... (aplausos) es difícil, a lo mejor nos quedamos en medio del océano... - Alguien del público: "canten La Marsellesa"!

video

6 comentarios:

  1. Anónimo16:42

    increíble... qué documento

    ResponderEliminar
  2. Anónimo17:09

    Merci... J'ai découvert le Cuarteto Cedron a la Fête de l'Huma en 73, c'était l´'époque du Chant du Coq... Nous avons toujours suivi le groupe moi et mon mari. Alors le Cuarteto c'est aussi un peu notre histoire.
    Jocelyne

    ResponderEliminar
  3. Merci à vous Jocelyne de nous avoir laissé ce commentaire. Comme vous pourrez le lire dans les "Chroniques françaises" des rééditions sont prévues pour 2010, en plus des nouvelles sorties.

    ResponderEliminar
  4. Anónimo10:40

    Enfant, j'ai passer des heures à regarder fixement les pochettes du cuarteto. Celle du "Chant du Coq" m'effraya terriblement et m'hypnotisa tout autant que la musique qui sortait du Lp! j'avais 7 ans et le bandoneon de César était une des rare référence qui venait à moi. La Voix de Tata si profonde. Je ne comprenais rien à tous ça à la poésie, la politique et je m'en foutais complétement. Mais la musique parlait d'elle-même, sans bavardage et sans compromission. Ce sont les premiers sons du bandoneon autre que celui de mon père que j'ai eu en direct lors d'un concert avec Paco Ibanez. J'ai tjrs aimé César et sa simplicité rare. Un jour ou je suis passé par la tipica. mais ce fut une autre histoire, une boucle.... W. Petardino S.

    ResponderEliminar
  5. Petardino...
    Moi j'avais 10 ans, je comprenais pas grand-chose non plus, mais c'est par le Cuarteto que j'ai connu "Sur"... un comble... plus tard mon petit-frère a littéralement mangé la cassette, c'est absolument véridique... il est devenu musicien et moi... je n'ai jamais appris à jouer du bandonéon... (sauf les premières notes de "Sur" justement, grâce à un ami patient...) ni de la guitare... ni du banjo... amitiés et bienvenu sur le Cédronien.

    ResponderEliminar
  6. Anónimo17:14

    Le Cuarteto Cedrón ne finira jamais de nous surprendre… ce morceau… mais je ne le connaissais pas! Et pourtant je connais “tout”. Des morceaux contemporains, inclassables, aux plus traditionnels des tangos (merci pour l’inédit de la majestueuse Tipica!), le Cuarteto ne ressemble vraiment à personne et pourtant c’est toute une culture à chaque morceau… c’est donc ça être cédronien! Je veux en être… Amitiés depuis Montpellier.
    Marie

    ResponderEliminar